Découverte de la marque N.A.E.

Il y a quelques temps, j’ai pu découvrir certains produits de la marque N.A.E. Cette marque propose des produits cosmétiques certifiés Bio, avec un minimum de 97% d’ingrédients d’origine naturelle. C’est complètement fou et j’adore ça !

De plus en plus, j’essaye de changer mes habitudes. Aussi bien alimentaires qu’en terme d’hygiène. Pendant un temps, j’avais vraiment cette soif de découverte, avec une véritable envie de tester tout un tas de produits différents sans vraiment penser aux réels besoins de ma peau. Aujourd’hui j’ai pris conscience de cela et je me tourne dorénavant vers une consommation plus responsable. Moins consommer mais mieux consommer.

N.A.E. a été une très bonne surprise pour moi. Le packaging des produits, très épuré et doux m’a tout de suite tapé dans l’oeil. Je trouve qu’il reflète très bien l’image de la marque. Et puis, avant toute commande j’ai voulu me renseigner sur la marque et sur leurs engagements. Leur gamme de produits correspondaient parfaitement à ce que je recherchais, sans parler de leur prix. N.A.E. est une marque abordable. Il y a vraiment un excellent rapport qualité/prix.

Pour ma part, j’ai testé le déodorant aux extraits de romarin et de feuilles de thym, le gel-douche qui va avec ainsi que la mousse nettoyante à la rose de damas. J’ai tout de suite apprécié le gel douche ainsi que la mousse nettoyante. L’odeur des deux produits est bien présente et délicate à la fois et ils respectent les peaux délicates. Néanmoins, j’ai eu plus de mal à utiliser le déodorant qui, je pense, n’est pas adapté à mon type de transpiration. Je ne dirais pas que je transpire beaucoup mais disons que je transpire facilement et avec ce déodorant, je n’avais pas l’impression d’être complètement protégée. Cependant, je ne le laisse pas de côté pour autant. Je l’utilise lorsque je reste chez moi ou lorsque les journées sont plus fraîches et que de ce fait, je suis moins sujette à transpirer.

@bluefrenchie // Tous droits réservés.

Je ne vais pas m’éterniser plus longtemps. Contre toutes attentes, N.A.E. est l’une de mes meilleures découvertes de l’année. Je suis complètement fan de leurs produits, que je vous recommande vraiment si vous cherchez à utiliser des produits de meilleure qualité et surtout des produits biologiques qui respectent votre peau et qui respectent un peu plus l’environnement !

Roadtrip – États-Unis / Canada

Il y a un an, je réalisais un rêve. Celui de faire un roadtrip entre les États-Unis et le Canada. Et aujourd’hui, complètement nostalgique (je l’avoue), j’ai envie de partager ce fabuleux voyage avec vous.

Prévoir un voyage c’est toute une organisation. Que l’on parte trois jours ou que l’on parte un mois complet, l’implication reste la même. Il y a un an, je vivais un rêve que l’on a mis sept mois à préparer. Sept mois, ça peut paraître long mais finalement ça a ses avantages. Le seul inconvénient, c’est l’attente qui est insoutenable ! Le premier avantage est certain financier. On a pu organiser nos dépenses et trouver les meilleurs offres. Le second avantage, c’est le temps. On a vraiment eu le temps d’organiser notre voyage. De prendre le temps de noter les endroits que l’on voulait absolument voir et de bien s’équiper.

Au mois de janvier 2018, la décision a très vite été prise et les billets d’avion très vite acheter. Autant vous dire qu’une fois le billet d’avion dans ma poche, pour moi, le voyage était en marche. À cette première étape j’étais déjà super excitée. Mais, se serait vous mentir que de vous dire que j’étais complètement sereine. En effet, c’était la première fois que je prenais la décision de voyager si loin et si longtemps. Un mois complet de l’autre côte de l’Atlantique. Un mois entier, à découvrir une nouvelle culture, à parler une autre langue et à bouger dans tous les sens. C’est très excitant mais quand on a pas l’habitude ça fou un peu la trouille !

Ce qui a été cool dans la préparation de ce voyage, c’est qu’on savait très clairement ce qu’on voulait voir. Bien évidemment, on ne pouvait pas tout faire, pas tout voir donc il a fallu faire des concessions. Cela n’empêche que l’on a très vite dressé notre carnet de route. De ce fait, une fois les billets d’avion programmés, nous avons tout de suite commencé notre recherche de logements, qui était entièrement centrée sur des Airbnb.

Pourquoi uniquement des Airbnb ? On s’est tout simplement rendu compte que c’était plus économique pour nous et plus adapté à notre type de voyage. Ce choix, nous a laissé une certaine liberté qui n’a fait que nourrir notre soif d’aventure. Nous n’avons pas réservé la totalité de nos Airbnb, on s’est laissé quelques « blancs » dans notre planning histoire de vivre pleinement l’aventure ce qui faisait que, certains jours, il nous fallait trouver un logement pour la nuit même! Bon ok, à certains moments ce n’était pas vraiment facile, surtout pour se mettre d’accord. Les craintes, les envies des uns et des autres, c’est pas toujours facile à gérer. Cela n’empêche que nous avons eu que de chouettes logements, dont certains qui, je pense, nous ont marqué à vie!

Ces Airbnb nous ont permis de rencontrer des personnes extraordinairement gentilles, à l’écoute et qui avaient autant envie de découvrir notre culture que nous voulions découvrir la leur !

Pour en revenir à notre itinéraire, celui-ci a commencé par une visite de New-York et se terminait par Montréal. Sur notre route, nous avons donc pu découvrir, Toronto, Ottawa, Peterborough, quelques parcs dont le parc du Mont-tremblant et le parc de la Mauricie, Québec, Salem, Coaticook ainsi que Boston.

New-York, la ville qui ne dort jamais… À peine arrivée, j’avais déjà les yeux rivés vers le ciel à contempler tous ces buildings. Ces premiers jours de voyage, m’ont fait réaliser un rêve d’enfant, un rêve d’adolescente. Celui de déambuler dans les rues dont on parle tant. J’étais émerveillée. La vie new-yorkaise ne doit pas être facile. Il y a tout le temps du bruit, de l’agitation, de l’animation. Mais cela n’empêche que j’aurais aimé pouvoir me réveiller quelques matins de plus au coeur de New-York. Pouvoir, le temps de quelques jours, prendre mes propres petites habitudes, comme par exemple, prendre mon petit-déjeuner au Starbucks du coin. Mais il fallait avancer, le voyage ne faisait que commencer, et je n’étais qu’on début des surprises.

@bluefrenchie // Tous droits réservés.

Notre voyage s’est donc poursuivi avec une nuit en bus pour rejoindre Montréal est récupéré notre van. Nous n’avions pas vraiment le choix et honnêtement, c’était une excellente expérience, pas la meilleure mais une bonne! Les nuits en bus ne sont vraiment pas faciles. De plus, notre chauffeur n’était pas le chauffeur le plus sympa de l’État… Mais nous avons survécu à cette traversée de frontière, légèrement fatigués mais encore plus excités que jamais !

Une fois le van récupéré, nous nous sommes dirigés vers les célèbres Chutes du Niagara. Et là… Je crois bien que c’est l’un des endroits que j’ai préféré. C’est si beau, si impressionnant ! J’aurais pu rester des heures à contempler ces chutes d’eaux et à regarder les bateaux s’approcher au maximum des chutes. Cependant, pour être tout à fait honnête, même si je trouve l’aménagement touristique très bien fait, je ne m’attendais pas à ça. Je m’attendais à quelque chose de plus sauvage. Mais étant donné le nombre de visiteurs chaque jour, tous ces aménagements sont non seulement compréhensibles mais surtout nécessaires !

@thebluefrenchie // Tous droits réservés.

Suite à notre visite des chutes du Niagara, nous avons eu l’occasion de s’arrêter dans une petite ville très reculée et pleine de charme, la ville de Peterborough. Nous avons logé chez Donna, le temps de quelques jours. Nous étions vraiment épuisé par ce rythme soutenu de visite mais surtout de route. Donna a une maison des plus traditionnelles. Si belle, si grande! Elle a un très grand jardin, magnifiquement bien entretenu et une maison décorée avec goût. Sa maison est tellement grande, qu’elle l’a découpé en deux parties. Il y a sa partie et tout une partie réservée aux hôtes. Je suis tombée folle amoureuse de son porche en bois, tout fleuri et de sa balancelle. Là encore, j’adorerai y passer des soirées d’automnes, emmitouflée dans un plaid tout doux avec un bon thé… C’était vraiment très paisible et c’est tout ce dont nous avions besoin pour pouvoir reprendre la route en forme. Car malgré les kilomètres parcourus, notre voyage était loin d’être terminé.

@bluefrenchie // Tous droits réservés.

Dès notre arrivée à Montréal nous avons été accueilli par notre cousin, Greg, résident depuis quelques années maintenant. C’était très rassurant et enrichissant de voir une tête connue dans cette ville que l’on ne connaissait pas du tout. Il a pu nous faire découvrir de super endroits et nous faire manger dans de très bonnes adresses. Je suis très vite tombée amoureuse de la vie à Montréal. Bien évidemment, celle-ci n’est pas toute rose mais cette ville, colle parfaitement avec ma personnalité. J’avais l’impression d’être à ma place. J’avais l’impression que cette ville m’attendait et que moi, je n’attendais que de rentrer en contact avec elle. J’ai adoré chaque jour passé dans cette ville. Il y a tellement de choses à voir, tellement de cultures, de liberté, d’acceptation.

@bluefrenchie // Tous droits réservés.

Notre halte à Montréal aura été la plus longue et le point final de ce voyage pour ma soeur et mon beau-frère. Durant cette halte, nous en avons profité pour découvrir les alentours de Montréal et notamment l’un des plus beaux parcs de la région, le Parc du Mont-Tremblant. Non seulement les routes pour arriver au parc sont dingues mais en plus le paysage est incroyable. Je ne pouvais tout simplement pas détacher mon regard de la vitre. Je voulais me souvenir de chaque centimètre passé, de chaque virage, de chaque maison. Tout était beau. J’avais par moment l’impression d’être dans un film ou même parfois, dans un rêve et dans les deux cas, je ne voulais pas que la fin arrive.

@bluefrenchie // Tous droits réservés.

Je ne saurai dire lequel j’ai préféré entre le parc du Mont-Tremblant et le parc de la Mauricie. Les deux m’ont apporté une certaine sérénité bien que ces deux escapades ne se sont pas passées de la même façon. J’ai adoré celle du Mont-Tremblant, que j’ai réalisé avec ma soeur et mon beau-frère lors de leurs derniers jours en ville avant leur retour. Mais je dois avouer, qu’au bout d’un moment il devient très dur de satisfaire tout le monde. C’est pourquoi, je dirai que j’ai préféré la connexion que j’ai eu lors de ma visite du parc de la Mauricie. J’ai vraiment eu ce moment de paix, de calme que j’attendais. J’ai pu prendre le temps de me poser face à cette immensité et me recentrer sur moi-même. Parce que oui, à travers ce voyage c’est aussi ce que je recherchais. Je voulais avant tout me retrouver, me reconnecter avec moi-même.

Mon roadtrip se termine donc pas la visite de Boston où j’ai eu la chance d’être logée par Dalhia une amie, d’une amie (vous me suivez toujours?). Après des mois à communiquer via e-mails, nous nous sommes enfin rencontrées. J’ai tout de suite eu un lien très fort avec elle. Je passais mes journées à visiter Boston ainsi que ces alentours, comme Salem par exemple puis le soir venu, je n’avais qu’une hâte, retrouver Dalhia et sa bonne humeur. Elle m’a fait visité, apprendre et découvrir mille et une merveille. À tel point que je suis tombée raide dingue amoureuse de Boston. Cette ville est en effet pleine de charme avec ses quartiers anciens entremêlés aux buildings. J’ai vécu de très gros fou-rires et puis est arrivé le jour du départ. J’avais le coeur très gros. Je n’acceptais clairement pas la fin du voyage. Bien évidemment, mes proches me manquaient, c’était évident. Tout comme mon confort. Voyager avec deux valises ce n’est pas chose facile. Mais j’étais si bien. J’étais dans mon élément et je ne voulais pas le quitter.

Ce voyage m’a énormément appris. Il y a tellement de chose à découvrir dans le monde, tellement d’immensité autour de nous… Voyager est à la portée de tous, il suffit de s’en donner les moyens. Bien évidemment, c’est un coût mais vous savez, je ne suis qu’une étudiante avec un petit salaire. Je ne pouvais pas faire plus d’heures étant donné que j’avais mes cours mais je me suis serrée la ceinture, plus que d’habitude et j’ai pu mettre de l’argent de côté tous les mois, pendant six mois.
Ce voyage m’a aussi appris à sortir de ma zone de confort, à arrêter de tout remettre au lendemain. Et puis, plus spirituellement parlant, ce voyage m’a fait grandir. J’ai découvert une part de ma personnalité que je n’arrivais pas à révéler au grand jour. J’ai pu m’émanciper. Éloigner mes peurs, mes doutes, prendre confiance en moi. J’ai aussi compris que voyager en groupe se n’était pas fait pour tout le monde. J’ai eu des moments vraiment difficiles où je rêvais de pouvoir m’évader et me retrouver seule.
Et puis finalement, ce voyage m’a permis de revenir en France totalement apaisée. Je savais quel chemin je voulais prendre, je savais désormais quelle personne je souhaitais devenir et j’étais prête à tout faire pour y parvenir.

Aujourd’hui encore, je ne peux que remercier le ciel de m’avoir permis de réaliser ce fabuleux voyage entourée de personnes chères à mon coeur. C’était un rêve et le voici aujourd’hui réalisé. Il restera sans doute l’un de mes plus beaux souvenirs.

Bientôt la rentrée : quelques conseils pour bien démarrer !

La rentrée pointe le bout de son nez, pour presque tout le monde. Personnellement, je suis excitée, comme chaque année. Bon ok, cette année je suis peut-être un peu plus stressée puisqu’à la fin de l’année, je passe mon diplôme mais ça va aller!

Dans ce post, j’avais envie de partager avec vous quelques conseils et astuces que j’appliquent depuis pas mal de temps maintenant et qui fonctionnent très bien. Du moins pour moi. Vous allez voir, ce n’est rien de bien foufou mais se sont souvent les petits détails qui changent tout !

Les fournitures

Ça peut vous sembler bête mais personnellement, du haut de mes 23 ans, et malgré mes études avancées, j’adore toujours autant mon petit lots de fournitures scolaires. Et j’adore toujours autant choisir mes fournitures avec soin. Un cahier avec de jolis motifs, de jolis surligneurs aux couleurs pastels, un nouvel agenda, etc… Tous ces petits détails ont leur importances puisque, grâce à eux, je prends goûts à travailler, j’aime les utiliser.

L’organisation

Être organisé est primordial. Une bonne organisation vous assure de bon résultat. Il est très important de mettre en place un rythme de travail qui vous correspond et qui répond aux attentes que l’on a de vous. De plus, une bonne organisation vous permet de mieux gérer votre temps et donc d’avoir plus de temps pour vos loisirs personnels. Pour ma part, dès que mon agenda regroupant toutes mes matières est disponible, j’établie un calendrier de travail, qui peut varier d’une semaine à une autre pour ne pas qu’il soit trop redondant. Cela me permet d’être organisée et dans les délais. Je planifie ce calendrier pour la semaine à venir, jamais sur de longues durées car mes envies et mes besoins d’apprentissage peuvent varier d’une semaine à une autre.

Les codes couleurs

Lorsque j’étais au lycée, mon professeur de philo nous avait, à tous, imposé un code couleur. On trouvait ça vraiment nul, surtout qu’il nous avait imposé ses propres couleurs. Allez mettre du orange fluo dans la plupart de votre cours quand vous testez cette couleur… Compliqué.

Ce serait vous mentir que de vous dire que j’ai continué à utiliser cette méthode l’année qui a suivi, en faculté… Cependant, avec le temps, j’ai commencé à réutiliser cette méthode et ce n’est que depuis l’an dernier que je l’utilise pleinement. Les codes couleurs me facilitent vraiment la vie. J’utilise les codes couleurs pour différencier mes matières mais aussi pour différencier une définition à une citation ou bien un élément de cours fondamental. Tout de suite, les choses sont plus visibles, mon cours devient plus simple et plus compréhensible.

Prendre du temps pour soi

Rien ne sert de travailler d’arrache pied 24h/24. Au contraire, vous allez vous épuisez et à terme, votre corps vous suppliera d’arrêter cette torture physique et mentale. Je radote un peu, c’est vrai, mais avoir un bon rythme de travail est très important. Il faut apprendre à gérer son temps. Ce n’est pas chose facile mais ça s’apprend. Pour se faire, commencer déjà par écouter votre corps. Essayez de détecter les moments de la journée où vous êtes le plus en phase pour bien réviser/travailler puis les phases où, au contraire, vous avez plus besoin de vous détendre.

Pour vous donner une idée, j’ai tendance à être beaucoup plus productive le matin ainsi qu’en fin de journée. Cependant, mon attention n’est pas aussi grande en début d’après-midi. Lorsque j’ai compris ça, j’ai adapté mon temps de travail, privilégiant les choses importantes le matin et les choses moins importantes en fin de journée, tout en me laissant le début d’après-midi pour mes loisirs personnels. Bien évidemment, j’ai conscience que mes études par correspondances me permettent d’avoir un tel rythme. Mais je vous assure que vous pouvez tout aussi bien le faire si vous êtes en fac, lycée ou collège.

Activités extra-scolaires

Ce dernier point, rejoint étroitement le précédent. Au plus j’avance dans mes études, au plus je me rends compte à quel point il était important de pouvoir se déconnecter de ses études le temps d’un instant. Cette activité peut être tout et n’importe quoi : 2h de lectures par jour, un footing 3 fois par semaine, de l’équitation, du tennis, du dessin, de la musique, de l’écriture, regarder une série… Bref, ce que vous voulez tant que vous prenez plaisir à le faire et que ça vous permet de sortir de votre bulle d’étudiant.

On a tendance à négliger cette part d’activité, souvent parce qu’on se dit qu’on a pas le temps. Mais prendre le temps de relâcher la pression c’est se donner du temps en plus. Ce temps là, que vous prenez pour vous reposer, c’est un moment qui va calmer votre esprit, vous apaiser. On a tous besoin d’un moment comme celui-là dans nos semaines. Sur le moment, on ne s’en rend pas compte mais c’est vraiment bénéfique.

Les amitiés

“Un des plus grands bonheurs de cette vie, c’est l’amitié ; et l’un des bonheurs de l’amitié, c’est d’avoir à qui confier un secret.” – Alessandro Manzoni

L’amitié n’est pas une chose facile. C’est même, je pense, l’une des relations les plus complexe à comprendre.

On nous parle d’amitié depuis notre plus jeune âge. Déjà, lors de notre rentrée en maternelle, entouré par nos camarades, on commence à lier des affinités avec d’autres enfants: des « amitiés« . Mais est-ce vraiment ça la véritable amitié ? Non, je ne pense pas.

J’ai toujours été entourée par des amis. Je n’ai jamais été isolée. J’ai, depuis mon plus jeune âge, cette capacité à analyser les personnes qui m’entourent et à deviner si on pourrait s’entendre ou non, à différencier les bonnes des mauvaises fréquentations. Parce que, oui, on ne peut pas s’entendre avec tout le monde et pas toutes les relations amicales sont bonnes à prendre.

Au fil des années, j’ai compris que chacun avait son propre caractère, son propre parcours, sa propre évolution. Il y a des personnes avec qui, j’ai entretenu une véritable amitié pendant des années, et avec qui aujourd’hui, je ne suis même plus capable de tenir une conversation. Et puis à l’inverse, il y a des personnes avec qui je ne pensais clairement pas faire naître une amitié et qui sont aujourd’hui, indispensables à ma vie. Ce terme, « indispensable » peut vous paraître exagéré, mais je vous assure qu’il ne l’est pas.

J’ai la chance d’avoir une famille aimante, avec qui j’entretiens une excellente relation, très fusionnelle. Mais je vous assure que rien ne peut remplacer l’oreille attentive d’un véritable ami. Cette personne qui vous écoute, sans vous juger, qui accepte vos choix mais qui prend soin de vous, en vous donnant quelques conseils pour vous éviter de faire un trop gros mauvais choix. Cette personne qui connait tous vos secrets. C’est finalement, ce regard extérieur. Ce regard qui vous connait parfaitement mais qui ne l’assume pas comme le ferait un membre de votre famille. Car oui, la famille aura forcément un regard plus critique sur vos choix et vos actions: pour vous protéger.

Aujourd’hui, j’ai certes moins d’amis qu’il y a quelques années, mais j’ai des amitiés de qualité. Des amitiés très sincère, très fortes que rien, ni personne, ne pourra briser.

Ce qui est drôle, c’est que mes amis et moi sommes très différents. Dans mon cercle d’amis, en effet, il n’y a personne qui partage réellement les mêmes centres d’intérêts que moi, ou bien, qui a la même façon de penser que moi. Et c’est ce que je trouve incroyable. Pendant des années, j’ai cru qu’une véritable amitié se construisait autour de ressemblances, et puis finalement, aujourd’hui je pense l’inverse. Une amitié est riche, forte et sincère dans sa singularité, et dans la différence. On pourrait croire que nos terrains d’ententes sont, de ce fait, minimes. Mais c’est tout l’inverse. Il y a un véritable équilibre qui s’est créé entre nous. Nos caractères, tous différents, s’enrichissent les uns avec les autres. L’un apaise, l’un rassure, tandis que l’autre nous fait sortir de notre zone de confort, etc…

Ma vision de l’amitié n’a cessé d’évoluer au fil des années. J’avais cette vision très idéaliste durant mes années de lycéenne. Celle qui me faisait penser que je ne perdrais jamais les personnes avec qui j’étais à ce moment-là, celle qui me faisait croire, que finalement, on était indestructible. C’était à la fois très beau et très naïf de ma part d’avoir penser ça parce que, lorsqu’on quitte le lycée, tout notre univers est bouleversé. On est clairement pas préparé à ça. J’en ai souffert quelques temps parce que je tenais énormément à ce gros groupe d’amis. Et puis avec le temps, on comprend que c’était notre richesse à cet instant précis mais une richesse si fragile, qu’il était inévitable qu’elle s’éteigne un jour. Et là on comprend que finalement, la confiance, ça va, ça vient. Ça illumine notre vie et puis ça s’éteint. Jusqu’au jour où, l’étincelle est peut-être moins forte mais beaucoup plus vraie et de ce fait, tient toute une vie.

Finalement, l’amitié ressemble étrangement à l’amour. On a tendance à dire, en amour, qu’il faut rencontrer quelques crapauds avant de rencontrer son prince charmant. Et bien, je trouve que cela fonctionne aussi pour l’amitié. Les déceptions, les disputes, les peines, les séparations, tout ça nous enseigne et nous rapproche de la véritable amitié.

Mes petites pensées d’été

S’il y a bien une chose que j’apprécie faire vers la fin de mon été, c’est faire le point. Sur mes projets, mes envies, mes réussites mais aussi mes échecs etc… Et pour cette fois, je me suis dit que ça serait peut-être intéressant de le faire avec vous.

Je ne sais pas si je suis la seule, mais pour moi les résolutions ont lieu en septembre et non pas au premier jour de l’année. Je ne sais pas, je n’arrive pas à me détacher du rythme scolaire que je trouve beaucoup plus significatif. Septembre, c’est selon moi le mois parfait pour repartir sur de nouvelles bases, pour entamer de nouveaux projets. Après tout, on rentre de vacances, on est reposé et surtout, on est reboosté à fond ! En revanche, au 31 décembre j’ai plus tendance à me sentir nostalgique des années qui passent, des choses qui ont pu se passer … Je ne suis clairement pas dans un mood de guerrière.

Cette année, mon été a été certes, moins ambitieux, mais mon esprit est plus reposé. L’année 2018 a été très mouvementée pour moi et je suis heureuse d’avoir réussi à m’épanouir durant 2019. Certes l’année n’est pas terminée, mais j’ai déjà accompli beaucoup. Bien évidemment, en éternelle insatisfaite que je suis, il y a bien d’autres choses que j’aimerais accomplir d’ici la fin de l’année.

Cette année, c’est l’année de mon diplôme. La pression sera bien plus présente, c’est évident mais je pars relativement confiante et rassurée. Je suis suffisamment entourée et suffisamment motivée pour travailler encore plus dur durant cette année fatidique. J’ai tellement hâte d’être diplômée…! Je sais bien que ma charge de travail ne sera pas la même. Néanmoins, cela ne m’empêche pas de penser au blog. J’ai énormément d’idées que j’ai hâte de mettre en place. Non seulement sur le blog lui-même mais aussi sur tout ce qui l’entoure…

Vous ne le savez certainement pas, mais je suis très friande des vidéos sur Youtube. Notamment des VLOGS. C’est un peu mon rendez-vous incontournable lors de mon petit déjeuner. À force de visionnage, je me suis rendue compte que, finalement, j’adorerai certainement tourner ce genre de vidéos, tellement plus spontanées ! J’ai déjà été sur Youtube. Et j’adorais ça. Cependant, les vidéos face caméra, je n’étais pas tellement à l’aise et les sujets que je voulais aborder ne correspondaient pas forcément à ce genre de vidéos. J’ai beaucoup réfléchi et je réfléchis toujours beaucoup, d’ailleurs! Mais je crois bien qu’en septembre je vais me lancer dans une chaîne de VLOG. Pour l’instant, je ne sais pas si c’est une bonne ou une mauvaise idée, je sais juste que c’est ce dont j’ai envie. Alors je vais me lancer et j’espère que vous serez au rendez-vous!

Ce point rejoint d’autres projets que j’ai en tête. J’ai décidé de me mettre officiellement au yoga au mois de septembre. Je dis officiellement, parce que j’ai acheté un programme de yoga l’an dernier et je ne l’ai jamais touché (shame on me)… C’est un peu comme si j’attendais d’avoir un déclic. Et c’est ce qu’il s’est passé durant cet été. J’ai eu un déclic. Sur énormément d’aspects de ma vie. J’ai remis en cause beaucoup d’affirmations et d’habitudes que je mettais imposé durant ces dernières années. Je me suis rendue compte que, contre toute attente, je continuais de grandir et de changer. Au fil des jours, je vois mon esprit, mes goûts et mes envies se diversifier mais aussi s’affiner. Et finalement, je me rends compte, que petit à petit je me rapproche de l’adulte que j’ai toujours voulu devenir. Durant cet été, j’ai élargi mes horizons, mes connaissances. Je me rends compte qu’il y a énormément de choses à savoir dans le monde et que surtout, il y a énormément de sujets qui m’intéressent !

Il y a tellement de choses que j’aimerais vous dire ici…Mais je crois bien que ce post serait trop long… Pour faire simple, j’attends septembre avec impatience et énormément d’ambition. J’ai beaucoup de projets, d’envies et je vais tout faire pour mettre ça en place. Bien évidemment, c’est aussi pour cette raison que je m’arrête là, tout simplement parce que ces différents sujets, je compte bien les aborder au fur et à mesure avec vous. Autant sur le blog qu’en vidéo. J’entame donc cette nouvelle année, le coeur léger, la tête reposée et l’esprit vif !

Oh ! Et j’allais oublier: N’hésitez pas à partager avec moi vos objectifs ou vos astuces pour bien démarrer l’année en commentaire !

Laura.