Update lecture #2 : Calendar Girl ⇢ février

Comme le mois précédent, je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de ma lecture de Calendar Girl – février. 

PS: si vous n’avez pas encore lu mon Update lecture #1 : Calendar Girl du mois de janvier, cliquez ici (+)



Dans ce tome, nous retrouvons notre Mia, qui cette fois-ci est à Seattle où elle sera la muse d’un peintre français, Alec
  • Les points forts de ce tome. 
Personnellement, j’ai bien aimé l’environnement de ce tome. On ressent tout de suite l’engouement artistique d’Alec et on arrive très bien à s’acclimater. Ce que j’ai particulièrement aimé, c’est la différence flagrante non seulement entre Alec et Wes mais aussi entre leurs univers respectifs. 
Dans le tome 1, souvenez-vous, Wes est un célèbre scénariste, qui vit un peu sous les paillettes, disons-le. Ici, dans ce tome 2, malgré sa célébrité, j’ai ressenti qu’Alec était plus discret, plus « lambda ». Bien évidemment, son loft est tout à fait somptueux et son studio d’artiste l’est également. J’ai également apprécié les questionnements auxquels Mia est confrontée. On ressent qu’elle est toujours autant tiraillée par sa situation. 
De même, le fait que Wes soit toujours présent m’a rassuré. Elle ne l’oublie pas, il ne l’oublie pas. J’avais en effet très peur que Mia au fil du temps se mette à oublier Wes au profit d’Alec car si vous avez lu le tome, vous êtes d’accord avec moi, je pense, pour dire qu’ils sont très proches. 
D’ailleurs, pour parler de cette relation, je suis assez mitigée. J’aime beaucoup le personnage d’Alec. Il est très expressif, c’est un personnage imposant et j’adore ça. Mais, malgré qu’il soit imposant, il est très délicat, c’est ce qui fait son charme selon moi. 
Concernant les scènes de sexe, je n’ai pas ressenti le même engouement que dans le tome 1 et je trouve ça top. En effet la relation de Mia et Alec n’est clairement pas aussi importante et passionnée que celle qu’elle peut entretenir avec Wes. Alors pour ce tome, je valide! 
Encore une fois, j’ai très vite réussi à me plonger dans l’histoire, à m’imaginer les lieux et les personnages. C’est très vivant et on a vraiment envie de se retrouver dans ce loft nous aussi. Peut-être pas en tant que muse ceci dit.
  • Les points négatifs de ce tome.
Comme pour le premier tome, sans surprise, Mia se retrouve très vite, proche d’Alec. Point qui ne semble pas la déranger. Et bien moi, personnellement ça m’a dérangé. Alors oui, je fais peut-être ma chiante sur le coup, mais c’est clairement quelque chose qui ne passe pas avec moi dans cette histoire. 
Je ne comprends pas comment elle peut être si à l’aise avec un homme qu’elle ne connait pas et comment elle peut se livrer si vite à lui alors que cette proximité n’est pas prévu dans son contrat. 
Au lieu de ressentir une certaine gêne ou une forme d’angoisse, dès les premiers instants on ressent une tension sexuelle entre les deux. 
Encore une fois on a une relation hyper forte qui se créé entre les personnages et on sait très bien que ça n’aboutira à rien. Comme je vous le disais plus haut, je suis assez mitigée concernant leur relation mais aussi concernant le personnage d’Alec. Je l’aime beaucoup certes, mais j’ai trouvé que par moment il pouvait être assez étouffant, malaisant. Et dans ces moments-là, j’avais vraiment envie que Mia quitte la pièce, qu’elle se retrouve seule pour souffler un peu. C’est très bizarre… 
Ensuite, malgré le loft et le studio qui ont l’air assez chouette, j’ai trouvé l’ambiance assez oppressante par moment. Un peu comme si on était prisonnier de ce donjon avec Mia. Et vous savez quoi ce n’est pas une idée en l’air. À un moment donné, Mia précise qu’elle n’a pas mis un seul pied dehors depuis son arrivée à Seattle… J’ai trouvé ça vraiment dérangeant ! Enfin, ok elle passait beaucoup de temps dans le studio mais quand même… Un peu d’air frais ça ne peut pas faire de mal. 
J’ai effectivement trouvé que ce tome manquait d’air. J’aurais apprécié me retrouver seule avec Mia et ses pensées dans un parc, par exemple. J’aurais aimé la voir souffler un peu et faire abstraction de ce qui était en train de se passer. Alors oui, il y a des moments où elle se confie un peu à nous, certes. Mais elle reste dans l’appartement. 
Ce tome est, à mon goût, pas suffisamment aérer. L’espace est trop restreint.  
En conclusion, c’est un tome que j’ai apprécié mais avec du recul, je pense que finalement, entre les deux, mon tome favoris est le tome 1. J’ai cependant adoré certains moments de l’histoire, notamment la fin que je trouve excellente. 

//ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ss&ref=as_ss_li_til&ad_type=product_link&tracking_id=laglobliseuse-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=2755629134&asins=2755629134&linkId=a91d3508fc4115ad381fdf127dcba8ea&show_border=true&link_opens_in_new_window=true //ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ss&ref=as_ss_li_til&ad_type=product_link&tracking_id=laglobliseuse-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=2755629142&asins=2755629142&linkId=4bd5088eaaa441682693fddc75eec10b&show_border=true&link_opens_in_new_window=true //ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ss&ref=as_ss_li_til&ad_type=product_link&tracking_id=laglobliseuse-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=2755629150&asins=2755629150&linkId=dffc106096a09dab58fa082ebfbcb41c&show_border=true&link_opens_in_new_window=true

Les résolutions pour 2018 sont-elles nécessaires?

S’il y a bien une question que je me pose en ce début d’année, c’est celle-ci.

Mes résolutions pour l’année 2018 sont-elles nécessaires? 

Lors de mon précédent post, « Chère année 2017, si on faisait le point?« , j’ai partagé avec vous les différentes choses qui avaient changé durant cette année. Je ne sais pas si vous l’avez lu, – si ce n’est pas le cas je vous invite à le faire- mais tous les changements, toutes les prises de consciences qui ont été fait, touchaient un domaine important de ma vie.
@Pinterest
Dans ce précédent post, j’avais pour idée de clôturer mon année en pointant du doigts les différents points qui n’allaient pas et qui finalement, ont fini par trouver leur équilibre. Du coup, à ce jour, j’ai l’impression que les résolutions n’ont pas vraiment lieu d’être.
Néanmoins, même si je commence à faire partie de ces personnes qui pensent que les nouvelles résolutions ne sont qu’un mythe, j’ai décidé de me fixer une ligne de conduite. Je ne prétends pas que ma vie soit parfaite, loin de là. Il y a encore beaucoup de choses que j’aimerais changer. Mais bizarrement, j’ai tout de même secrètement le sentiment, d’être sur le point d’atteindre cet idéal que je m’étais fixé. Bien évidemment, cet « idéal » ne concerne qu’une courte période de ma vie. J’ai 22 ans, encore pas mal d’étude devant moi avant d’avoir une stabilité  « parfaite ». De plus, j’ai bien conscience que mes attentes actuelles, ne sont pas du tout les mêmes que mes attentes futures. Je parle donc à court terme. 
Pour cette  nouvelle année 2018, j’ai décidé de me cantonner simplement à quelques objectifs personnels. J’ai en effet très envie de me remettre au sport. Les tentatives précédentes n’ont pas été convaincantes et je pense que c’est simplement par manque de motivation de ma part. Cette envie sommeille en moi depuis pas mal de temps et je pense qu’il est grand temps de prendre les choses en main. Donc en 2018, je vais me forcer. Je vais vaincre ma flemme, ma fatigue, ma mauvaise humeur, ma tristesse et je vais faire du sport régulièrement
Cela fait également pas mal de temps que le projet de me mettre sérieusement à écrire sommeil en moi. J’ai toujours voulu écrire des histoires et j’ai toujours adoré le faire lorsque j’étais encore scolarisée. Je participais à tous les projets d’écriture. Cela me passionnait. Désormais, avec tous les moyens dont on dispose pour pouvoir réaliser ses rêves, je pense qu’il est temps que je m’y mette. Que je saute le pas, comme on dit. Je dois vous avouer que j’ai assez peur. Et que je suis aussi assez timide sur le fait de partager mes écris avec des internautes. Je n’ai pas peur de la critique, justement, j’espère en avoir pour pouvoir avancer, pour faire évoluer ce projet. Bien évidemment, je vous tiendrai informer de mon avancement et je partagerai toute cette histoire avec vous. Donc en 2018, je me mets à écrire et je donne vie à mon imagination
Il reste un dernier point qui me tient à cœur pour 2018, celui de trouver ma voie. Je pense l’avoir trouver mais j’espère que durant cette année, je vais pouvoir renforcer ce sentiment. J’ai vraiment envie de vivre de l’une de mes passions et je sais, aussi bien que vous, que quand on veut, on peut. Il faut seulement se donner un bon coup au derrière et donner tout ce que l’on a pour y arriver. Ce n’est pas toujours facile, certes, mais si on se donne les moyens, il n’y a pas de raisons qu’on n’y arrive pas. Alors en 2018, je fais ce que j’aime
Je ne critique en rien les personnes qui se fixent un tas d’objectifs pour l’année. J’espère simplement que ça marche. Parfois, il suffit d’un petit coup de pouce, pour se rendre compte des choses, pour se rendre compte que finalement nos besoins sont axés sur des points bien précis. Durant des années je tournais autour du pot sans jamais mettre le doigt sur mes véritables envies. Mais aujourd’hui j’y suis arrivée et je vais tout faire pour rendre cette nouvelle année, encore plus belle que les précédentes. 
Je vous souhaite à tous énormément de bonheur pour cette nouvelle année 2018. Mais aussi beaucoup d’amour, une santé en béton et toute la joie que vous serez en mesure de recevoir. Que cette belle aventure dure encore et nous emmène loin, vous et moi. 
Love,