C’est la rentrée pour tout le monde!

Hello ! 
Je préfère vous prévenir dès la première ligne, ce post risque d’être vraiment très long ! Je m’en excuse donc par avance !

J’espère que vous allez tous bien, mes chers lecteurs. Vous m’avez drôlement manqué ! Le blog m’a manqué. Comme vous l’avez sûrement constaté, les derniers mois ici n’ont pas été faciles. J’ai rencontré de nombreux soucis personnels et comme je vous l’avais expliqué dans un précédent post (*), la situation était tellement chaotique et difficile pour moi que je n’arrivais tout simplement plus à venir écrire ici. 
Après un mois de vacances (et quelques semaines en plus) je reviens enfin l’esprit libre et des idées plein la tête. Je me suis même rédigée un petit plan pour ce post, histoire de ne pas partir dans tous les sens! C’est fou, mais je ressens enfin le déclic dont j’avais besoin. C’est durant les dernières semaines d’août que j’ai le plus ressenti ce manque. Le manque de l’écriture. J’avais hâte de trouver le temps pour me poser devant mon clavier et de commencer à vous écrire ces lignes. Ces premières lignes d’une nouvelle année. Alors oui, parlons-en, je ne sais pas vous, mais pour moi l’année commence toujours en septembre et non pas en janvier. Pour moi, le mois de janvier n’est qu’un mois comme les autres. Le mois à travers lequel on fait le point sur les choses que l’on a accompli depuis septembre et où on peut éventuellement rattraper les choses. Vous voyez ce que je veux dire ? 
Je ne vous cache pas que ma nouvelle année commence plutôt bien. De belles choses se sont passées et d’autres sont en préparation. Il y a également des choses qui ont changé et d’autres qui doivent encore changer. Je suis toute excitée! 
Tout d’abord, il y a eu mon mois de vacances. Ça n’a pas été un mois de vacances comme les autres puisque je suis partie faire un road trip entre les États-Unis et le Canada. C’était un de mes rêves. Le voilà aujourd’hui réalisé et j’ai encore une tonne d’étoiles dans les yeux. C’était un magnifique voyage, formé autour de belles rencontres et de beaux paysages. Je m’y sentais vraiment bien. Pour être tout à fait honnête avec vous, si je n’avais pas de si beaux projets ici, en France, je pense que j’aurais tout fait pour rester là-bas mais c’est un autre sujet, on y reviendra. 

On en vient donc à mes projets. Ces projets s’intéressent non seulement à mes études, mais aussi à ma vie privée ainsi qu’au blog. Je n’ai pas envie de tout dévoiler maintenant tout simplement parce que je préfère le faire en temps voulu. Tout ce que je peux vous dire, c’est que j’ai déjà commencé à mettre la main à la pâte et je suis vraiment très contente. Le changement et la remise en question sont deux choses qui peuvent faire peur. J’ai eu peur, je ne vous le cache pas. Mais au final, aujourd’hui, je suis contente d’avoir pris quelques risques et de me retrouver où je suis aujourd’hui. Je me sens bien dans ma vie, bien dans ma tête et je suis certaine que mes projets vont aboutir à quelque chose de fantastique. Le plus important c’est finalement d’y croire et de se donner les moyens d’y arriver
Concernant mes études, j’ai décidé d’arrêter l’université dans laquelle j’étudiais le droit. Ça n’a pas été une décision facile sachant que j’aimais ce que j’apprenais. Mais finalement, aimer ce que l’on apprend ne suffit pas. Je ne me retrouvais plus dans ce système d’éducation, je n’étais plus dans un environnement qui me correspondait. Décider d’arrêter ses études universitaires ce n’est pas quelques choses de facile surtout lorsque, comme moi, vous avez quelques années dernières vous et que vous êtes à un doigt de décrocher votre diplôme… Le problème, c’est que je ne prenais même plus plaisir à aller en cours, ça devenait un fardeau. Je fais partie de ces personnes qui ont toujours aimé l’école et apprendre de nouvelles choses. Il était donc pour moi  hors de question de me perdre dans des études, dans une sphère éducative qui ne me convenait plus.
À ce jour je n’ai pas définitivement arrêté mes études. Loin de là cette idée ! Je poursuis mes études mais différemment. Pour le moment je n’ai pas envie d’en parler. Non seulement parce que c’est encore trop tôt pour que je vous donne mon ressenti mais aussi parce que j’ai envie de garder ça rien que pour moi encore un petit moment. J’espère que vous comprenez ! 
Qui dit nouvelle année, dit nouvelles résolutions et nouveaux objectifs ! Il y a, en effet, pas mal de choses que j’ai toujours voulu faire et pour lesquelles je ne prenais pas véritablement de temps. Cette année, avec tous ces changements qui ont eu lieu dans ma vie, je me suis dit que c’était le moment parfait pour mener à bien ces petits objectifs personnels. 
Tout d’abord, je vais reprendre le sport et cette fois sérieusement. Jusqu’à présent, je faisais du sport simplement pour me maintenir en forme et pour garder une hygiène de vie convenable. Mais finalement, ça ne me suffisait pas. J’ai besoin de plus. De ce fait, les séances de sport vont se faire plus intensives et plus présentes dans mes semaines. D’ailleurs, je vais très prochainement me réinscrire dans une salle de sport pour pouvoir avoir accès à certaines machines. 
Ensuite, je fais régulièrement de la méditation. Cela fait effectivement deux mois, que, régulièrement, je pratique la médiation.  J’en ai toujours entendu parler mais je ne m’y étais jamais vraiment attardée.  Et puis un beau jour, j’ai décidé d’essayer, encore et encore. Aujourd’hui, c’est clairement un exercice que j’ai inséré dans mon quotidien et qui me fait un bien fou! 
Pour rejoindre la pratique de la méditation, j’ai décidé d’essayer le yoga. Je sais que c’est une pratique qui demande beaucoup de patience et qui n’est vraiment pas facile lorsqu’on débute mais ça m’intéresse vraiment beaucoup.

Je vous rédigerai certainement des posts à ce sujet, pour vos donner mes impressions! 

Pour terminer, je ne vous cache pas que j’ai carrément ralenti mon rythme de lecture ces derniers mois… Mais encore une fois, vous connaissez maintenant les raisons. C’est pourquoi, je vais reprendre tout doucement, en essayant de regagner le rythme que j’avais initialement. La lecture me manque beaucoup mais pas autant que l’écriture. D’ailleurs, je vous avais parlé d’un projet d’écriture que j’avais en tête et qui lui aussi, s’est un peu évaporé au cours des derniers mois. Je ne peux pas vous dire qu’il est toujours d’actualité mais je ne l’oublie pas, c’est toujours dans un coin de ma tête. 
Je pense que ce post marque définitivement la rentrée et la reprise du blog. Si vous êtes en train de lire cette phrase, je vous remercie d’avoir lu la totalité du post car il est vraiment long ! En tout cas, je vous embrasse et je vous retrouve très vite pour un tout nouvel article. 
Love, 

Le passage à la vie étudiante : 5 choses à savoir

Pour beaucoup d’entre vous, votre vie s’apprête à changer dès septembre 2018. Un nouveau chapitre de votre vie voit le jour. Un chapitre, qui selon moi est très excitant de part tout ce qu’il vous offre et toutes les portes qui s’ouvrent devant vous. Néanmoins, il y a certaines choses à savoir, je pense, avant de se jeter dans le monde de la vie étudiante
– Le bon rythme – 
Sans véritable surprise, je pense qu’il est important que je vous parle du rythme universitaire. Ça  va tout simplement être un choc pour vous. Le rythme est en effet totalement différent de celui du lycée. Non seulement il est plus intense mais en plus vous êtes livré à vous-même. 
Le piège, c’est qu’on ne s’en rend pas compte le premier jour. On s’en rend compte le 10 novembre, lorsqu’il faut commencer à s’intéresser aux révisions et qu’on se rend compte qu’on a vraiment beaucoup de boulot à rattraper. 
Finalement, avoir le bon rythme c’est quoi ? 
Pour avoir un bon rythme, il est nécessaire de s’intéresser dès le premier jour à ses cours. Une simple relecture du cours du jour, le soir en rentrant ne suffit pas. Travaillez vos cours, faites des fiches. Vous allez certainement vous dire que cinq malheureuses pages de cours ce n’est rien, mais croyez-moi, c’est beaucoup. 
– Les soirées étudiantes – 
L’adrénaline des soirées étudiantes se diffuse comme un rien dès le premier jour dans l’amphithéâtre. Le problème, c’est qu’il y en a tellement qu’on ne sait plus laquelle choisir. On est même tenté par toutes les soirées. Cependant, je suis désolée de vous dire ça, mais les soirées étudiantes c’est le piège absolu. Elles ont souvent lieu en semaine et elles n’ont jamais été reconnu pour être les soirées les plus calmes. 
Je ne suis pas en train de vous dire qu’il faut éviter à tout prix les soirées étudiantes si vous voulez réussir vos études, loin de là. S’intégrer à la vie étudiante est quelque chose de fabuleux. Simplement, réfléchissez bien, prenez les bonnes décisions et ne soyez pas dans l’excès. Il y a un temps pour l’amusement et un temps pour le travail. Essayez d’être patients, et votre travail, votre réussite vous permettront de vous amuser encore plus en dehors des semaines de cours, croyez-moi! 
– L’absentéisme –
Ce qui a été le plus impressionnant pour moi lorsque je suis arrivée à l’université, ça a été de me rendre compte à quel point j’étais libre. Je me sentais vraiment comme une adulte. J’avais l’impression d’être S de Gossip Girl: Stylée, étudiante et libre comme l’air ahah. 
Parce que oui, dès votre premier jour de fac, vous ne devez de compte à personne sauf peut-être à vos chargés de TD si vous en avez. Or, les cours en amphithéâtre ne sont pas obligatoires ce qui signifie que vous pouvez gentiment rester dans votre lit, le matin, au lieu de vous levez à 6H pour attraper le premier bus afin d’assister à votre cours de 8H. OUI OUI. 
Si j’ai bien un conseil à vous donner, c’est de faire en sorte d’assister à absolument tous vos cours. Sauf cas de force majeure bien évidemment. 
Bien qu’il soit possible de récupérer les cours assez facilement dans l’ensemble, la gentille personne qui a tapé le cours ce n’est pas vous. En ce sens, elle n’a peut-être pas écrit les choses les importantes du cours ou bien encore, elle n’a pas capté l’information comme vous l’auriez capté vous-même si vous étiez présent(e) sur les bancs de votre faculté. On a souvent tendance à se dire qu’on est entouré de personnes de confiance, surtout à l’université, mais comme on dit, on n’est jamais mieux servi que par soi-même. C’est quelque chose que j’ai bien compris durant ces années de fac. 
– Savoir s’écouter, avant d’écouter les autres – 
Ce petit conseil fonctionne dans nombreux domaines mais je trouve qu’il marche particulièrement bien ici. 
Pour la petite histoire, on m’a toujours dit que le Droit Civil était une matière très intéressante et très importante. Qu’il était nécessaire que je la suive en TD. Ce que j’ai fait dès ma première année. Alors oui, le Droit Civil est une matière très intéressante que j’ai adoré suivre en cours magistraux mais pas en TD. J’ai fait la terrible erreur d’écouter les autres, durant 4 ans, à me persuader que je devais suivre le cours de Civil en matière principale alors que je n’étais pas faite pour ça. Ce que je regrette aujourd’hui. 
Les études sont très importantes certes. Elles vont vous permettre de faire ce que vous rêvez de faire plus tard. Mais si un jour vous vous réveillez et que vous n’aimez plus ce que vous êtes en train d’apprendre, que vous ne vous sentez plus à votre place, n’ayez pas peur d’arrêter, n’ayez pas peur de prendre un autre chemin
– S’intégrer – 
Avant de commencer l’université, je m’étais fait un petit scénario tout tracé pour mes années d’études à venir. Pour être tout à fait honnête avec vous, je me voyais faire mes études toute seules Je ne me voyais certainement pas me faire des amis, je n’étais pas là pour ça. J’étais simplement ici pour réussir ma vie. 
Alors si vous aussi, vous vous dites actuellement cela, je vous invite dès maintenant à changer votre raisonnement. Vouloir se donner à fond pour ses études c’est excellent et c’est quelque chose de vraiment admirable. Néanmoins, vos années universitaires restent une partie importante de votre vie, où beaucoup de choses changent. Vous allez rencontrer des personnes très intéressantes, voire même avec qui vous allez extrêmement bien vous entendre puis vous allez aussi rencontrer de simples connaissances de bancs de fac. Mais ces rencontres sont toutes aussi importantes les unes que les autres. Elles vont forger votre caractère et vous aider à vous construire. 
Ne vous renfermez pas sur vos études, prenez du temps pour vous, faites vous des amis, sortez de temps en temps, amusez vous. La vie universitaire n’est pas facile mais c’est une bien belle aventure qui commence pour vous. 
Love, 

Les blabla de Laura #4 : Savoir s’écouter avant d’écouter les autres

Je ne fais pas cet article par hasard. Loin de là. 
Si aujourd’hui j’aborde ce sujet avec vous, c’est tout simplement parce que je suis particulièrement concernée par le sujet. Je fais en effet partie de ces personnes qui écoutent les autres avant de s’écouter elles-mêmes. C’est très difficile de réussir à l’assumer et de réussir à le dire ouvertement. Mais aujourd’hui je m’en sens capable. Alors pourquoi s’en priver ? 
J’ai eu le déclic il y a quelques mois, lorsque j’ai décidé de m’occuper un peu plus de moi et de réaliser toutes les choses auxquelles je croyais. Parmi ces choses, il y a le fait de commencer à écrire un roman, gérer mon stress, me remettre au sport, avoir plus confiance en moi. Autrement dit, me faire confiance et croire en mes projets
Comme vous le savez, j’ai commencé à me tourner vers les livres de développement personnel aux alentours du mois de décembre. À ce moment-là, je ne savais pas vraiment ce que je voulais, alors j’ai touché un peu à tout: comment avoir une meilleure qualité de vie, comment venir à bout de ses projets, comment en finir avec les crises d’angoisses, etc. Honnêtement, avoir lu ces livres m’a fait un bien fou. Ça m’a permis de me déconnecter un peu de cette réalité à laquelle j’étais rattachée et de voir la vie sous un autre angle. Bien évidement, ces quelques lectures ne vont pas me suffire. Il m’en faut plus. Beaucoup plus. J’ai encore beaucoup trop de questions qui me trottent en tête et qui nécessitent l’obtention d’une réponse. 
Lorsque je fais le point sur les deux dernières années, je me rends compte que les choses ont vraiment changé autour de moi et que j’ai, moi aussi, beaucoup changé. Et croyez-moi, j’ai fait du chemin! 
Je n’ai jamais vraiment eu confiance en moi. Dans n’importe quel projet que je pouvais mettre en route, du plus simple (passer un coup de téléphone) au plus compliqué (passer un examen). De ce fait, j’ai toujours eu cette tendance à me rattacher aux autres pour prendre une décision ou tout simplement pour être rassurée. J’ai toujours eu ce besoin de me comparer aux autres, de comparer mon travail, mon attitude, pour espérer être contente de moi
À ce jour, rare sont les fois où j’ai réellement été fière de moi. Pourtant, aujourd’hui je pense avoir de quoi être fière. J’ai fait des choix, pris des décisions que peu de personnes de mon âge à ce moment-là auraient pris. Ces décisions, ces choix m’ont permis de devenir celle que je suis aujourd’hui. Bien évidemment tout n’est pas parfait comme je pouvais l’espérer auparavant. Néanmoins, les mésaventures que j’ai vécu, m’ont permis de m’endurcir, de gagner en caractère. 
J’ai toujours eu tendance à être beaucoup trop dure avec moi-même, trop exigeante. J’ai toujours voulu plus que ce que j’avais, et j’ai toujours voulu faire plus que ce que je pouvais. Si vous vous reconnaissez dans ces lignes, sachez que c’est un très vilain défaut. Le jour où vous allez prendre conscience que seul l’instant présent compte, que vous fournissez les efforts sur le moment sans vous remettre en question sans cesse, toute votre existence changera. C’est un peu ce qui est en train de se passer pour moi. 
Je me suis trop souvent reposer sur les gens de mon entourage pour prendre des décisions importantes ou pour avoir un simple avis, un conseil. Et aujourd’hui, j’ai décidé de faire changer les choses. Mais j’ai aussi beaucoup trop souvent été dure avec moi-même en voulant être « parfaite ». Mais la perfection n’existe pas. La seule perfection qui peut exister, c’est la nôtre, celle qu’on se forge et celle pour laquelle nous vivons. 
Si j’ai bien compris et appris quelque chose ces derniers temps, c’est qu’on est les seuls maîtres de notre propre existence. Personne ne doit vous dicter votre conduite ou dicter vos choix. Écoutez-vous à VOUS! Personne ne va vivre votre vie à votre place alors s’il y a bien une personne qui doit prendre des décisions, c’est vous. Bien évidemment, il ne faut pas refuser de bons conseils car de bons conseils peuvent vous permettre de faire les choses d’une meilleure façon ou alors d’éviter une catastrophe. 
J’en conviens qu’il est difficile de se retrouver face à un mauvais choix ou une mauvaise décision. Néanmoins, croyez-moi, ce sont des expériences enrichissantes. On se relève toujours plus fort.
Pour tout vous dire, j’ai très mal vécu le fait de devoir refaire mes deux premières années de fac. Surtout la deuxième car je savais que j’avais les connaissances suffisantes pour passer en troisième année. C’était donc très frustrant. Cependant, à ce jour, je suis contente de ces redoublements. Ils ont tous deux fini par m’apporter quelque chose. Le premier m’a fait réaliser un de mes premiers rêves (ouvrir mon blog), passer mon permis et mettre de l’argent de côté. Le second, me permet à ce jour de pouvoir réaliser le rêve de ma vie (partir en road trip au Canada) et profiter un peu plus de mes proches. Bien évidemment, je passe sûrement à côté de choses extraordinaires. Et bien évidemment, à ce jour, je ne peux pas m’empêcher d’imaginer ma vie, si je n’avais pas redoublé. Mais ça ne dure jamais longtemps car j’ai gagné beaucoup au change. Les points positifs cités plus hauts ne sont pas les seuls que je peux vous citer. J’ai aussi acquis une meilleure connaissance de mes cours mais j’ai surtout gagné en maturité ! 
Honnêtement, je ne sais pas trop si ce post tient la route. Je souhaite juste faire passer un message, vous faire comprendre que vous pouvez vous faire confiance. Je dois avouer que ce n’est pas quelque chose de facile. À ce jour je n’ai pas encore acquis une totale confiance en moi. J’ai encore beaucoup de travail à faire sur moi-même. Mais ces quelques pas que j’ai fait en avant, me permettent d’avancer et de réaliser des choses que je ne pensais pas réalisables. Un petit rouage s’est débloqué en moi et me permet aujourd’hui de voir la vie sous un autre angle. Un angle d’une bien meilleure vue. 
Si je vous écris ces mots aujourd’hui, c’est parce que j’ai conscience que je ne suis pas la seule à être dans ce cas-là, que je ne suis pas la seule à avoir batailler pendant des années pour essayer de m’affirmer. Il y a plein de moyens pour arriver à ses fins mais je pense qu’il est nécessaire de commencer par s’écouter soi-même et de commencer par avoir confiance en ses propres décisions pour enfin avancer

Update lecture #2 : Calendar Girl ⇢ février

Comme le mois précédent, je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de ma lecture de Calendar Girl – février. 

PS: si vous n’avez pas encore lu mon Update lecture #1 : Calendar Girl du mois de janvier, cliquez ici (+)



Dans ce tome, nous retrouvons notre Mia, qui cette fois-ci est à Seattle où elle sera la muse d’un peintre français, Alec
  • Les points forts de ce tome. 
Personnellement, j’ai bien aimé l’environnement de ce tome. On ressent tout de suite l’engouement artistique d’Alec et on arrive très bien à s’acclimater. Ce que j’ai particulièrement aimé, c’est la différence flagrante non seulement entre Alec et Wes mais aussi entre leurs univers respectifs. 
Dans le tome 1, souvenez-vous, Wes est un célèbre scénariste, qui vit un peu sous les paillettes, disons-le. Ici, dans ce tome 2, malgré sa célébrité, j’ai ressenti qu’Alec était plus discret, plus « lambda ». Bien évidemment, son loft est tout à fait somptueux et son studio d’artiste l’est également. J’ai également apprécié les questionnements auxquels Mia est confrontée. On ressent qu’elle est toujours autant tiraillée par sa situation. 
De même, le fait que Wes soit toujours présent m’a rassuré. Elle ne l’oublie pas, il ne l’oublie pas. J’avais en effet très peur que Mia au fil du temps se mette à oublier Wes au profit d’Alec car si vous avez lu le tome, vous êtes d’accord avec moi, je pense, pour dire qu’ils sont très proches. 
D’ailleurs, pour parler de cette relation, je suis assez mitigée. J’aime beaucoup le personnage d’Alec. Il est très expressif, c’est un personnage imposant et j’adore ça. Mais, malgré qu’il soit imposant, il est très délicat, c’est ce qui fait son charme selon moi. 
Concernant les scènes de sexe, je n’ai pas ressenti le même engouement que dans le tome 1 et je trouve ça top. En effet la relation de Mia et Alec n’est clairement pas aussi importante et passionnée que celle qu’elle peut entretenir avec Wes. Alors pour ce tome, je valide! 
Encore une fois, j’ai très vite réussi à me plonger dans l’histoire, à m’imaginer les lieux et les personnages. C’est très vivant et on a vraiment envie de se retrouver dans ce loft nous aussi. Peut-être pas en tant que muse ceci dit.
  • Les points négatifs de ce tome.
Comme pour le premier tome, sans surprise, Mia se retrouve très vite, proche d’Alec. Point qui ne semble pas la déranger. Et bien moi, personnellement ça m’a dérangé. Alors oui, je fais peut-être ma chiante sur le coup, mais c’est clairement quelque chose qui ne passe pas avec moi dans cette histoire. 
Je ne comprends pas comment elle peut être si à l’aise avec un homme qu’elle ne connait pas et comment elle peut se livrer si vite à lui alors que cette proximité n’est pas prévu dans son contrat. 
Au lieu de ressentir une certaine gêne ou une forme d’angoisse, dès les premiers instants on ressent une tension sexuelle entre les deux. 
Encore une fois on a une relation hyper forte qui se créé entre les personnages et on sait très bien que ça n’aboutira à rien. Comme je vous le disais plus haut, je suis assez mitigée concernant leur relation mais aussi concernant le personnage d’Alec. Je l’aime beaucoup certes, mais j’ai trouvé que par moment il pouvait être assez étouffant, malaisant. Et dans ces moments-là, j’avais vraiment envie que Mia quitte la pièce, qu’elle se retrouve seule pour souffler un peu. C’est très bizarre… 
Ensuite, malgré le loft et le studio qui ont l’air assez chouette, j’ai trouvé l’ambiance assez oppressante par moment. Un peu comme si on était prisonnier de ce donjon avec Mia. Et vous savez quoi ce n’est pas une idée en l’air. À un moment donné, Mia précise qu’elle n’a pas mis un seul pied dehors depuis son arrivée à Seattle… J’ai trouvé ça vraiment dérangeant ! Enfin, ok elle passait beaucoup de temps dans le studio mais quand même… Un peu d’air frais ça ne peut pas faire de mal. 
J’ai effectivement trouvé que ce tome manquait d’air. J’aurais apprécié me retrouver seule avec Mia et ses pensées dans un parc, par exemple. J’aurais aimé la voir souffler un peu et faire abstraction de ce qui était en train de se passer. Alors oui, il y a des moments où elle se confie un peu à nous, certes. Mais elle reste dans l’appartement. 
Ce tome est, à mon goût, pas suffisamment aérer. L’espace est trop restreint.  
En conclusion, c’est un tome que j’ai apprécié mais avec du recul, je pense que finalement, entre les deux, mon tome favoris est le tome 1. J’ai cependant adoré certains moments de l’histoire, notamment la fin que je trouve excellente. 

//ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ss&ref=as_ss_li_til&ad_type=product_link&tracking_id=laglobliseuse-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=2755629134&asins=2755629134&linkId=a91d3508fc4115ad381fdf127dcba8ea&show_border=true&link_opens_in_new_window=true //ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ss&ref=as_ss_li_til&ad_type=product_link&tracking_id=laglobliseuse-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=2755629142&asins=2755629142&linkId=4bd5088eaaa441682693fddc75eec10b&show_border=true&link_opens_in_new_window=true //ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ss&ref=as_ss_li_til&ad_type=product_link&tracking_id=laglobliseuse-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=2755629150&asins=2755629150&linkId=dffc106096a09dab58fa082ebfbcb41c&show_border=true&link_opens_in_new_window=true

Les blabla de Laura #3 : L’Amour ❤︎

À l’occasion de la st Valentin, j’avais envie de vous parler un peu d’amour. Je n’ai cependant en aucun cas envie de vous publier un article ultra gnangnan et agaçant. Non, j’ai simplement envie de discuter avec vous de l’Amour au sens large. 

Il y a quelques années de ça, la st Valentin me faisait totalement rêver. J’étais la première à me faire des scénarios dignes des plus grands films hollywoodiens concernant mes futures st Valentin. Le problème, c’est que finalement, je n’ai jamais eu de st Valentin dignes des plus grands films hollywoodiens et je vais vous expliquer ci-dessous pourquoi, aujourd’hui, je le vis très bien. 
Je peux comprendre et concevoir que la st Valentin fasse rêver la plupart des jeunes femmes sur Terre. Il faut dire, encore une fois, qu’avec tous les films, toutes les publicités et autres contenus que l’on nous partage, on ne peut que rêver. Néanmoins ce qu’on a tendance à oublier, un peu trop souvent à mon goût, c’est que tous ces films, toutes ces publicités sont majoritairement très éloignés de la réalité. Par exemple, les scènes de sexe que l’on peut voir dans différents films (pour ne pas dire tous) sont totalement (à mon sens) éloignées de la réalité. On nous envoie de la poudre aux yeux continuellement. Un peu comme la scène où deux parfaits inconnus marchent tranquillement dans la rue, elle tient un tonne de bouquins dans ses mains, il rêvasse tranquillement en regardant les nuages quand tout à coup, ils se heurtent. Elle fait tomber ses bouquins, il l’aide à les ramasser. Et là, au contact de leurs doigts, c’est le coup de foudre. Heu… Comment vous dire… Vous avez une chance sur un million pour que cela se produise dans la vraie vie. Navrée. 
Enfin bref, je pense que vous l’avez compris mais tout cela m’agace un peu aujourd’hui. Je remarque qu’aujourd’hui les gens ont une fausse image de l’Amour. Nous sommes (malheureusement) dans une société de surconsommation et l’Amour n’a pas été épargnée. Comme vous le savez sûrement, aujourd’hui nous disposons de nombreux outils afin de pouvoir rencontrer une personne qui nous corresponde au mieux. Je trouve ça très bien, dans la mesure où ces outils sont bien utilisés. Car oui, je trouve qu’aujourd’hui même nos rencontres sont devenus numériques et parfois…superficielles. 
Aujourd’hui, nos attentes sont beaucoup trop exigeantes, et on agit de façon beaucoup trop restrictive voire sélective. Savoir ce que l’on veut, ça peut avoir des avantages mais attention, là encore, il faut savoir rester raisonnable. Surtout en amour. Car oui, je trouve qu’aujourd’hui notre génération 2.0 est beaucoup trop éloignée des choses simples de la vie. Cette génération est beaucoup trop perfectionniste. Surtout en amour. Chaque critère compte. Le moindre petit défaut peut nous être fatale. Nous sommes dans une société d’apparence bien trop éloignée de la réalité. 
Comme vous le savez (ou pas) j’ai rencontré mon chéri sur un site de rencontre. Si je me suis tournée vers ce mode de rencontre, c’est tout simplement parce que je suis timide, et que cette timidité m’empêchait d’aborder les gens. Et pour être tout à fait honnête avec vous, je serai aujourd’hui encore, incapable d’aborder quelqu’un dans la rue. Et bien je trouve ça triste car finalement, nos rencontres perdent de leur charme naturel. Néanmoins, je suis heureuse de ma rencontre et de ma relation. Je pense que je n’oublierai jamais nos deux premiers rendez-vous. Ils étaient magiques tant ils étaient spontanés. Et ces deux rendez-vous ont permis la construction de cette belle relation. Attention, notre Amour n’est pas parfait, loin de là. Mais il est sincère
Avant de rencontrer celui qui aujourd’hui partage ma vie, j’avais une idée bien arrêtée de ce que j’espérais côté sentimental. J’en suis aujourd’hui bien loin. Tout simplement parce qu’on ne peut pas prédire ce que l’on va devenir et ce qu’il va se passer dans nos vies, qui nous allons rencontrer etc. Mais surtout, parce qu’on ne peut pas espérer construire quelque chose de totalement détachée de la réalité. J’étais une grande rêveuse et je pense que je le resterai toujours. Néanmoins, pour trouver l’Amour, il faut savoir s’arrêter de rêver, il faut savoir se concentrer sur les choses essentielles pour comprendre que finalement, l’Amour pur, se trouve dans les choses les plus simples, dans nos actes les plus honnêtes. Finalement, chercher la perfection ne sert à rien car il n’existe pas une seule perfection mais bel et bien une infinité de perfection
En ce sens, si aujourd’hui je vis si bien le fait de ne pas avoir vécu de véritable st Valentin, c’est tout simplement parce que je pense qu’il n’y a pas de jours précis pour prouver son Amour, pour l’exprimer. Le simple fait de savoir que l’on est avec la bonne personne au quotidien, d’être honnête l’un envers l’autre, de se sentir bien et surtout aimer, c’est un très beau cadeau et ça n’a pas de prix. 
Si j’ai bien un conseil à vous donner, c’est d’essayer de vivre un peu plus dans le présent, sans penser à hier ni à demain, de ne pas trop idéaliser votre rencontre ou la personne faite pour vous. Laissez vous porter et guider par vos sentiments. 
Love,